Un virus de la grippe à «potentiel pandémique» découvert en Chine

La nouvelle souche grippale est similaire à la grippe porcine qui s’est propagée dans le monde en 2009

Une nouvelle souche de grippe susceptible de devenir une pandémie a été identifiée en Chine par des scientifiques.

Les chercheurs craignent qu’il ne mute davantage afin qu’il puisse se propager facilement d’une personne à l’autre et déclencher une épidémie mondiale.

Bien que ce ne soit pas un problème immédiat, disent-ils, il a « toutes les caractéristiques » d’être hautement adapté pour infecter les humains et doit être surveillé de près.

Comme c’est nouveau, les gens pourraient avoir peu ou pas d’immunité contre le virus.

Les scientifiques écrivent dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences que les mesures de lutte contre le virus chez les porcs et la surveillance étroite des travailleurs de l’industrie porcine devraient être rapidement mises en œuvre.

Menace pandémique

Une mauvaise nouvelle souche de grippe figure parmi les principales menaces de maladie que les experts surveillent, alors même que le monde tente de mettre fin à la pandémie actuelle de coronavirus.

La dernière pandémie de grippe que le monde a rencontrée – l’épidémie de grippe porcine de 2009 – a été moins meurtrière qu’on ne le craignait initialement, en grande partie parce que de nombreuses personnes âgées y étaient immunisées, probablement en raison de sa similitude avec d’autres virus de la grippe qui avaient circulé des années auparavant.

Ce virus, appelé A / H1N1pdm09, est désormais couvert par le vaccin annuel contre la grippe pour assurer la protection des personnes.

La nouvelle souche de grippe identifiée en Chine est similaire à la grippe porcine de 2009, mais avec de nouveaux changements.

Jusqu’à présent, cela n’a pas posé une grande menace, mais le professeur Kin-Chow Chang et ses collègues qui l’ont étudié, disent que c’est un point à surveiller.

À quel point devrions-nous être inquiets?

Le virus, que les chercheurs appellent G4 EA H1N1, peut se développer et se multiplier dans les cellules qui tapissent les voies respiratoires humaines.

Ils ont trouvé des preuves d’une infection récente chez des personnes qui travaillaient dans les abattoirs et l’industrie porcine en Chine lorsqu’ils ont examiné les données de 2011 à 2018.

Les vaccins antigrippaux actuels ne semblent pas le protéger, bien qu’ils puissent être adaptés pour le faire si nécessaire.

Le professeur Kin-Chow Chang, qui travaille à l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, a déclaré à la BBC: « En ce moment, nous sommes distraits par le coronavirus et à juste titre. Mais nous ne devons pas perdre de vue de nouveaux virus potentiellement dangereux. »

Bien que ce nouveau virus ne soit pas un problème immédiat, il déclare: « Nous ne devons pas l’ignorer ».

En théorie, une pandémie de grippe pourrait survenir à tout moment, mais ce sont encore des événements rares. Les pandémies surviennent si une nouvelle souche émerge qui peut facilement se propager d’une personne à l’autre.

Bien que les virus de la grippe changent constamment – c’est pourquoi le vaccin contre la grippe doit également changer régulièrement pour suivre le rythme – ils ne deviennent généralement pas pandémiques.

Le professeur James Wood, chef du département de médecine vétérinaire de l’Université de Cambridge, a déclaré que le travail « vient comme un rappel salutaire » que nous sommes constamment menacés par une nouvelle émergence d’agents pathogènes, et que les animaux d’élevage, avec lesquels les humains ont un plus grand contact qu’avec la faune, peut être la source d’importants virus pandémiques.

Flu virus with ‘pandemic potential’ found in China

A new strain of flu that has the potential to become a pandemic has been identified in China by scientists. 

The researchers are concerned that it could mutate further so that it can spread easily from person to person, and trigger a global outbreak. 

While it is not an immediate problem, they say, it has « all the hallmarks » of being highly adapted to infect humans and needs close monitoring. 

As it’s new, people could have little or no immunity to the virus. 

The scientists write in the journal Proceedings of the National Academy of Sciences that measures to control the virus in pigs, and the close monitoring of swine industry workers, should be swiftly implemented. 

Pandemic threat

A bad new strain of influenza is among the top disease threats that experts are watching for, even as the world attempts to bring to an end the current coronavirus pandemic. 

The last pandemic flu the world encountered – the swine flu outbreak of 2009 – was less deadly than initially feared, largely because many older people had some immunity to it, probably because of its similarity to other flu viruses that had circulated years before. 

That virus, called A/H1N1pdm09, is now covered by the annual flu vaccine to make sure people are protected. 

The new flu strain that has been identified in China is similar to 2009 swine flu, but with some new changes.

So far, it hasn’t posed a big threat, but Prof Kin-Chow Chang and colleagues who have been studying it, say it is one to keep an eye on. 

How worried should we be?

The virus, which the researchers call G4 EA H1N1, can grow and multiply in the cells that line the human airways. 

They found evidence of recent infection in people who worked in abattoirs and the swine industry in China when they looked at data from 2011 to 2018.

Current flu vaccines do not appear to protect against it, although they could be adapted to do so if needed.

Prof Kin-Chow Chang, who works at Nottingham University in the UK, told the BBC: « Right now we are distracted with coronavirus and rightly so. But we must not lose sight of potentially dangerous new viruses. » 

While this new virus is not an immediate problem, he says: « We should not ignore it. » 

In theory, a flu pandemic could occur at any time, but they are still rare events. Pandemics happen if a new strain emerges that can easily spread from person to person.

Although flu viruses are constantly changing – which is why the flu vaccine also needs to change regularly to keep up – they do not usually go pandemic.

Prof James Wood, head of the Department of Veterinary Medicine at the University of Cambridge, said the work « comes as a salutary reminder » that we are constantly at risk of new emergence of pathogens, and that farmed animals, with which humans have greater contact than with wildlife, may act as the source for important pandemic viruses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s