Nouveau virus grippal détecté en Chine

En Chine, une nouvelle souche de virus de la grippe A(H1N1) G4 EA H1N1 est découverte. Elle est suffisamment adaptée à l’homme pour potentiellement provoquer une pandémie.

C’est à croire que la Chine a le terreau le plus fertile au monde pour y voir naître régulièrement un nouveau virus. Le dernier en date, détecté dans des élevages de porcs, a des caractéristiques génétiques proches de la virulente souche de grippe H1N1, et les chercheurs chinois qui l’ont mis au jour s’en méfient terriblement. Le « G4 » a déjà infecté des salariés travaillant dans le secteur porcin.

Des virus de la grippe A ont été détectés dans un certain nombre d’hôtes, y compris les humains et une grande variété d’espèces de mammifères. Le réassortiment répété des virus de la grippe est le principal mécanisme de création de nouveaux virus aux caractéristiques antigéniques et biologiques uniques qui peuvent potentiellement provoquer des épidémies et des pandémies chez l’homme.

Cela ressemble à la grippe porcine de 2009, et les chercheurs disent qu’elle doit être surveillée, même lorsque le monde se bat pour prendre le contrôle de la pandémie actuelle de Covid 19.

Le virus peut se développer et se multiplier dans les cellules qui tapissent leurs voies respiratoires.

Les chercheurs ont trouvé des preuves d’une infection précoce chez les personnes qui travaillaient dans les abattoirs et dans l’industrie de l’élevage porcin en Chine lorsqu’ils ont examiné les données de 2011 à 2018. Des observations sérologiques supplémentaires dans la population à risque professionnel d’infection ont montré que 10,4 % (35/338) des sujets étaient positifs pour le virus, en particulier à l’âge de 18 à 35 ans, avec un taux de séropositivité de 20,5 % (9/44).

On craint que la souche ne mute davantage et devienne plus contagieuse, facilement transmissible d’une personne à l’autre et pouvant provoquer une épidémie mondiale.

Comme le virus est nouveau, les gens n’y sont probablement pas immunisés, ce qui le fait évoluer à bas bruit  

Comme il vaut mieux prévenir que guérir, le groupe de scientifiques qui exercent au sein d’universités chinoises ou au Centre de prévention et de lutte contre les maladies, semble vouloir jouer la transparence – ou du moins en partie -, en révélant les conclusions de son étude dans une revue scientifique américaine, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. La publication, autrement dit de l’Académie des Sciences des Etats-Unis, vient juste d’être faite en ce début de semaine

Les experts en santé publique sont constamment à la recherche de nouvelles souches de grippe. Pendant la pandémie de 2009, la grippe porcine a été moins meurtrière que prévu, car de nombreuses personnes âgées semblaient avoir un certain niveau d’immunité, probablement parce qu’elle ressemblait à d’autres virus grippaux des années précédentes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s