Les Émirats abrogent la loi de boycott d’Israël

« Il sera permis de faire entrer, d’échanger et de posséder des biens et produits israéliens de tout type aux Emirats et de les commercialiser ».

Des drapeaux israéliens et émiratis flottant le long d’une autoroute de Netanya, en Israël, le 17 août 2020. Photo REUTERS / Nir Elias

Les Émirats arabes unis ont abrogé la loi de boycott d’Israël après que les deux pays ont annoncé mi-août la normalisation de leurs relations, a annoncé samedi 29 août l’agence de presse officielle émiratie Wam.

Le président des Émirats, cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane, a abrogé dans un décret «la loi fédérale n°15 de 1972 concernant le boycott d’Israël ainsi que les sanctions en découlant», a indiqué Wam.

L’accord de normalisation entre Abou Dhabi et l’État hébreu, annoncé le 13 août par le président américain Donald Trump, a été dénoncé comme un «coup de poignard» dans le dos par les Palestiniens et a été plus ou moins bien accueilli dans les capitales arabes.

Premier vol commercial direct

Des vols commerciaux seront désormais possibles entre les Émirats arabes unis et Israël.AFP

Une délégation israélo-américaine doit se rendre lundi aux Émirats sur le «premier vol commercial direct» entre Tel-Aviv et Abou Dhabi, ont indiqué vendredi des sources concordantes à Jérusalem.

Dans le cadre de l’accord de normalisation, l’État hébreu a accepté de suspendre l’annexion de nouveaux territoires en Cisjordanie occupée, mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré ne pas y avoir «renoncé» sur le long terme.

La mairie de Tel Aviv, en Israël, illuminée des drapeaux des Émirats arabes unis et d’Israël, le jeudi 13 août. ODED BALILTY/AP

Les entreprises et particuliers émiratis peuvent désormais conclure des accords avec des compagnies ou personnes résidant en Israël, a indiqué Wam, soulignant que cette décision vise «à augmenter la coopération commerciale et diplomatique avec Israël».

Des accords économiques à suivre

Israël et les Émirats arabes unis étaient précédemment parvenus à un accord de normalisation. Une déclaration tripartite, faite de concert avec les États-Unis, indique que dans le cadre de l’accord l’État hébreu a accepté de suspendre l’extension de sa souveraineté sur de nouveaux territoires en Cisjordanie. Benyamin Netanyahou avait cependant assuré ne pas y avoir «renoncé» sur le long terme.

Dans les semaines à venir les deux pays signeront entre autres des accords en matière d’investissements, de tourisme, de communications aériennes, de sécurité et de télécommunications.

Les Émirats deviennent ainsi le premier pays du Golfe et le troisième pays arabe à établir des relations avec Israël après l’Égypte (1979) et la Jordanie (1994).

L’Egypte et la Jordanie n’ont établi qu’une « paix froide » avec leur voisin, contraints par des opinions publiques hostiles. Mais les Emirats n’ont pas ces réserves. Ils entretiennent depuis des années des relations de renseignement avec Israël. Ils envisagent désormais une alliance inédite, faite de puissance militaire et technologique, de capitaux financiers et de ressources énergétiques.

Censé contrecarrer l’influence de l’Iran et de la Turquie au Proche-orient, cet accord a vocation à s’étendre : Oman et le Bahreïn l’ont rapidement salué, tout comme l’Arabie saoudite le 19 août, quoique avec plus de réserve.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s