L’accord avec les Emirats signe l’arrêt de mort du BDS

L’accord de normalisation entre les Émirats arabes unis et Israël a effectivement mis fin au mouvement raciste BDS.

Un Palestinien passe devant un graffiti appelant à boycotter Israël, dans une rue de Bethléem, en Cisjordanie, le 11 février 2015. (crédit photo: MIRIAM ALSTER / FLASH90)

Avec les récents développements entre Israël et les Émirats arabes unis, il est devenu plus clair que jamais qu’il n’y a pas d’avenir pour le mouvement discriminatoire et raciste Boycott, désinvestissement et sanctions.

Dès sa création, le mouvement était enraciné dans une volonté de détruire l’État d’Israël tel que nous le connaissons. Tout en se présentant habilement comme un mouvement pacifique de la société civile, axé sur l’amélioration de la vie des Palestiniens, la réalité ne pouvait être plus éloignée de la vérité. S’il y a une chose que l’accord de paix EAU-Israël a réglé, c’est que BDS est un mouvement résolument opposé à la paix enraciné dans le sectarisme et l’hypocrisie.

Lorsque l’accord de normalisation initial a été annoncé le 13 août, le mouvement officiel BDS a publié une déclaration non seulement condamnant la paix, mais attaquant agressivement les Émirats arabes unis. Pour quel crime? Faire la paix.

Sa déclaration disait: «La dictature des Émirats arabes unis vend les droits des Palestiniens par le biais d’un accord avec Israël» et a continué à accuser les Émirats arabes unis d’être un «État policier» qui «avait besoin de cet accord avec Israël pour soutenir ses interventions militaires et sa guerre contre la démocratie dans la région et pour contourner toute sanction potentielle de l’ONU en réponse à ses crimes. »

C’est drôle comme le mouvement BDS n’a aucun problème avec les régimes oppressifs et autoritaires qui assassinent leurs propres dissidents, minorités, femmes et autres lorsqu’ils sont anti-israéliens. En fait, en condamnant la paix avec les Émirats arabes unis, le mouvement BDS s’est publiquement aligné sur certains des plus grands violateurs des droits de l’homme au monde aujourd’hui: l’Iran et la Turquie, qui ont également condamné avec force la paix.

Là encore, l’hypocrisie est le modus operandi du mouvement BDS, qui soumet Israël – et seulement Israël – à un test décisif moral auquel aucune autre nation sur Terre n’est soumise. Les doubles standards sont précisément la raison pour laquelle le mouvement a suscité tant de critiques pour ses nuances antisémites.

Mis à part l’hypocrisie du mouvement BDS, le mouvement s’automutile également dans la mesure où la normalisation et les pourparlers de paix sont dans l’intérêt de tous – en particulier des Palestiniens. Depuis 1947, les Palestiniens n’ont fait que perdre, en se contentant d’afficher leur refus obstiné de négocier correctement avec Israël, et le monde. Même le monde arabe, en a finalement assez.

Au lieu de tirer les enseignements de ces leçons historiques, le mouvement BDS fait tout son possible pour emmener les Palestiniens sur un chemin sans fin de destruction qui finira par nuire aux Palestiniens de manière disproportionnée par rapport aux Israéliens.

Daniel Birnbaum, PDG de la société de « boissons gazeuses » SodaStream

Mais scier la branche sur laquelle il est assis est le nom du jeu dans lequel BDS se complaît. Les dirigeants et partisans du mouvement ont toujours plaidé pour des politiques qui nuisent activement aux citoyens palestiniens – du lobbying pour la fermeture de l’usine SodaStream qui emploie des dizaines de Palestiniens, à l’Autorité palestinienne boycottant les grandes entreprises israéliennes telles que Tnouva et Strauss et empêchant leur vente sur les marchés des territoires Palestiniens.

Et n’oubliez pas que le co-fondateur du mouvement BDS, Omar Barghouti, né au Qatar, a étudié dans une université de l’Ivy League aux États-Unis et vit maintenant librement dans l’État d’Israël, profitant des produits israéliens au quotidien. Il n’a jamais vécu en Cisjordanie ou à Gaza et n’a pas non plus eu à subir les conséquences économiques ou autres que le mouvement BDS fait subir aux Palestiniens de tous les jours.

Malheureusement pour BDS, le monde arabe en a assez. Samedi, les Émirats arabes unis ont officiellement annulé leur loi existante qui visait boycotter les produits et les entreprises israéliennes avec un décret du dirigeant émirati Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan mettant fin à la loi de 1972. On s’attend à ce que d’autres nations arabes emboîtent le pas dans les mois à venir, et pour le bien des Palestiniens et de leurs propres nations, pourquoi pas? Le BDS n’apportera pas la paix, la prospérité ou la sécurité, mais il répandra le sectarisme, la haine et l’ignorance.

Il est clair que le monde arabe en a plus qu’assez des politiques de rejet des Palestiniens, ainsi que du mouvement BDS, et ne verra plus l’intérêt de se réjouir de la cause. Seul le temps nous dira si l’Occident comprendra le mauvais gag que BDS est devenu ici au Moyen-Orient. L’accord de paix entre les Émirats arabes unis et Israël n’était qu’un clou symbolique dans le cercueil d’un mouvement déjà mort qui devrait tomber dans l’oubli.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s