L’Allemagne se prépare à un possible vaccin d’ici fin 2020

Alors que les promesses d’un vaccin contre le coronavirus semblaient s’éloigner, l’Allemagne pourrait commencer à vacciner sa population début 2021, selon son ministre de la Santé.

L’Allemagne effectue des préparatifs pour débuter une campagne de vaccination contre le coronavirus avant la fin de l’année, rapporte vendredi Bild, sans citer ses sources. /Photo prise le 1er avril 2020/REUTERS/Dado Ruvic

Le ministère de la Santé prévoit de créer 60 centres dédiés au stockage des potentiels vaccins et a demandé aux Etats fédérés d’indiquer d’ici le 10 novembre le lieu d’installation de ces centres.

Le ministre de la Santé Jens Spahn, qui a lui-même été testé positif au coronavirus, a déclaré cette semaine lors d’une visioconférence que le laboratoire allemande BioNTech était proche d’obtenir une autorisation pour son candidat vaccin, ont rapporté des participants, cités par Bild.

Interrogé sur le possible calendrier des premières vaccinations, Spahn a répondu: « Cela pourrait se produire avant la fin de l’année », ont ajouté les participants.

Le pays semble ainsi se préparer à vacciner une « importante proportion de la population » dans six ou sept mois, explique l’agence de presse. Le quotidien Bild a en effet évoqué l’installation prochaine de 60 centres pour stocker les sérums contre le coronavirus et a demandé aux autorités régionales des Landers de choisir les lieux d’ici le 10 novembre. Selon les déclarations de Jens Spahn, il s’agirait du vaccin élaboré par le laboratoire allemand BioNTech en partenariat avec l’Américain Pfizer. Évoquant la possibilité que le vaccin ne soit pas réellement efficace face au coronavirus, le ministre de la Santé allemand a indiqué qu' »il serait préférable qu’un vaccin puisse empêcher les nouvelles infections. Mais il pourrait aussi être bénéfique s’il adoucit le cours de la maladie ».

BioNTech développe un vaccin potentiel en partenariat avec Pfizer.

Le mois dernier, Berlin a attribué 745 millions d’euros de financements à BioNTech et à CureVac pour accélérer leurs travaux sur un vaccin et accroître les capacités de production du pays.

L’Allemagne connaît une flambée des nouveaux cas, avec plus de 10.000 infections sur une seule journée rapportées jeudi, une première depuis le début de l’épidémie.

L’espoir d’un vaccin pour le début de l’année prochaine est partagé par la virologue Marie-Paule Kieny, directrice de recherche à l’Inserm. Elle est également la présidente du comité Vaccin Covid-19, qui a pour objectif d' »élaborer la stratégie vaccinale la plus adaptée à la situation française », selon la Haute autorité de Santé. Cette dernière se dit ainsi « raisonnablement confiante pour une disponibilité d’un vaccin début 2021, en faibles quantités pour commencer ».

À l’heure actuelle, dix vaccins sont dans la phase 3, selon Marie-Paule Kieny. Il s’agit de l’ultime étape avant une possible mise sur le marché. Une phase complexe et très longue selon les spécialistes car désormais l’expérimentation ne concerne plus la phase théorique, mais son efficacité par rapport aux objectifs fixés. À ce stade, le vaccin est testé sur un nombre plus important de participants et les laboratoires doivent vérifier s’il provoque des effets secondaires. 

Emmanuel Macron ne se montre pas très optimiste

Au début du mois d’octobre, le président de la République ne se montrait pas très optimiste sur ce vaccin contre le Covid-19. « Moi, je ne sais pas vous dire la date de fin du virus. Impossible ! On va sans doute durablement vivre avec le virus. Et les gens en face qui vous disent ‘on aura un vaccin au mois de mars prochain ou en avril’ très sincèrement vous trompent. » Pourtant, le ton employé n’était pas le même il y a quelques mois puisque le président lui-même indiquait « être confiant pour l’obtention d’un vaccin dans les prochains mois ». Si l’optimisme du côté des politiques est parti, les autorités médicales affirment avoir « une idée précise du calendrier » comme l’explique le Pr Jean-Daniel Lelièvre, chef du service d’immunologie clinique et de maladies infectieuses à l’hôpital Henri-Mondor auprès du Figaro.

Dans un entretien accordé à BFMTV le 4 septembre, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé a quant à lui indiqué qu’il espérait qu’un vaccin contre le Covid soit disponible avant la fin de l’année et au plus tard avant le printemps 2021. « J’espère toujours pour la fin de l’année de bonnes nouvelles, au plus tard au printemps. Le jour où nous proposerons aux Français de se faire vacciner contre le coronavirus, c’est que le vaccin sera efficace et sûr. On ne va pas anticiper la fin des études cliniques en population générale et anticiper les résultats des scientifiques avant de commencer à vacciner. »

Notons que Sanofi, le premier laboratoire français vient de démarrer les essais cliniques sur l’homme du vaccin contre le Covid-19 qu’il développe avec le britannique GSK. Ce dernier repose sur une technologie à base de protéine recombinante que le laboratoire français a employée pour produire un de ses vaccins contre la grippe saisonnière…

À la fin c’est l’Allemagne qui gagne

Un commentaire sur “L’Allemagne se prépare à un possible vaccin d’ici fin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s