L’EGYPTE VIT L’ÂGE D’OR DE LA TOLÉRANCE RELIGIEUSE, SOUS LE PRÉSIDENT ABDEL FATTAH AL-SISSI

L’Egypte vit l’âge d’or de la tolérance religieuse, sous le président Abdel Fattah Al-Sissi

L’Egypte vit l’âge d’or de la tolérance religieuse, sous le président Abdel Fattah Al-Sissi, et adopte cette approche pour réfuter l’idéologie extrémiste, rectifier les notions erronées et répandre la pensée modérée qui renforce la cohabitation pacifique entre les humains et contribue à instaurer la paix mondiale.

Egypte a toujours été une terre d’accueil des adeptes des autres religions, dont les chrétiens qui y ont trouvé un terrain de rencontre et de cohabitation harmonieuse. Ce pays a une longue histoire de diversité religieuse et de tolérance est connu et reconnu pour la cohabitation harmonieuse qui y règne entre les musulmans, les juifs et les chrétiens.

La liberté de culte y est garantie par la Constitution et la religion y embrasse tous les cultes et toutes les races dans un cadre de fraternité, d’amour, de respect, de tolérance, de pardon, de droits de l’Homme et de liberté. Par contre aucun Etat au monde n’est tolérant avec les terroristes, les traitres et les meurtriers et, ceux qui les défendent et les protègent.

L’Etat et le peuple d’Egypte ne se réconcilieront jamais avec les terroristes, les traitres et les meurtriers qui tuent, incitent au meurtre, à la destruction, au sabotage, à l’affaiblissement de l’hégémonie du pays, à la dégradation de son économie et à la nuisance à l’unité de son peuple.

L’Eglise égyptienne avait des positions honorables et elle a défendu le tissus national et l’intégrité du sol égyptien, dans la foulée de la révolution du 30 juin et n’a pas donné l’occasion aux terroristes de semer la scission interconfessionnelle dans le pays. Les efforts du ministre des Wakfs pour rénover le discours religieux, ont été très bénéfiques et  ont donc constitué un témoignage fort de cette forte dynamique d’ouverture et de coexistence qui distingue ce pays.

Les Égyptiens jettent les bases de la construction de l’état de citoyenneté et d’unité nationale

Il n’y a pas en Egypte de minorité religieuse mais une phratrie ayant des droits et des devoirs. L’Egypte est la première à avoir dit que celui qui meurt en défendant une église est un martyr, exactement comme celui qui meurt pour protéger une mosquée.

Le pays vit dans le plus grand état de paix sociale, d’harmonie, de solidarité et de compréhension entre les deux pôles égyptiens: musulmans et chrétiens. Cela incarne un modèle intégré d’unité nationale à la lumière des efforts continus des dirigeants politiques pour institutionnaliser et inculquer les valeurs de la citoyenneté politiquement, socialement et légalement, car elles sont l’un des facteurs les plus importants pour la stabilité du pays et une composante inhérente de la sécurité nationale.

Ces valeurs sont basées sur le renforcement de la participation et de l’égalité entre tous les citoyens dans les droits et devoirs sans distinction ni discrimination, en plus de l’acceptation des autres, de la coexistence, de la coopération constructive, du respect et de l’application des lois qui garantissent les droits des chrétiens à différents niveaux , qui a fait de l’État égyptien et de ses dirigeants politiques l’objet de louanges et d’appréciations aux deux niveaux internes et externes.

À cet égard, le Centre des médias du cabinet égyptien a publié un rapport détaillé comprenant des infographies mettant en évidence les efforts et les piliers de la construction de l’état de citoyenneté et de l’unité nationale en Égypte et de la consolidation des principes d’égalité et de non-discrimination depuis la révolution du 30 juin.

Le rapport a enregistré un certain nombre de preuves qui confirment la volonté des dirigeants politiques de poser la première pierre pour établir les valeurs de citoyenneté et d’unité nationale dans le pays, soulignant la déclaration du président Abdel Fattah Al-Sissi selon laquelle:

«Il n’y a pas de discrimination entre les religions. Tous sont égaux. Ce sont des pratiques nécessaires qui doivent être mises en œuvre et inculquées dans les politiques et mécanismes d’action de l’État, en plus de sa déclaration, «Nous avons publié une loi pour construire des églises en Égypte, un rêve de 150 ans, car l’État est soucieux de garantir le droit de culte pour tous ses citoyens », ainsi que sa déclaration« L’État devrait construire des églises pour ses citoyens, car tout comme il a le droit de culte ».

Son excellence a également dirigé l’Autorité du génie des forces armées et le gouvernement pour la construction d’églises dans les nouvelles villes et a chargé l’Autorité de construire et de restaurer rapidement toutes les églises qui ont été attaquées lors des violentes actions terroristes de 2013.

Le président a également demandé à l’armée égyptienne de diriger des frappes aériennes contre les camps terroristes de l’Etat islamique contre les camps, les zones de concentration, le centre de formation et les magasins d’armes et de munitions en Libye, en réponse au crime qui a été commis contre des citoyens sur l’une des côtes libyennes.

Le rapport faisait référence aux visites du président à la cathédrale Saint-Marc du Caire depuis son accession au pouvoir. Le président Al-Sissi est le premier président égyptien à avoir assisté à la messe de Noël à la cathédrale en 2015 et il y assiste chaque année depuis lors.

Le rapport a déclaré que le président avait posé la première pierre de l’église de la Nativité du Christ, qui est la plus grande cathédrale du Moyen-Orient avec la mosquée Al-Fattah Al-Aleem en tant que premières installations de la nouvelle capitale administrative de l’Égypte.

Le rapport révèle que l’Égypte entretient de bonnes relations avec le Vatican, puisque le président Abdel Fattah El-Sissi l’a visité en novembre 2014 et lors de cette visite, il a annoncé son appréciation pour les positions du pape François à l’égard de l’Égypte. En avril 2017, le pape François s’est rendu en Égypte, première du genre dans le pays, cherchant à consolider les valeurs de tolérance et de dialogue interreligieux.

Le rapport indiquait l’évolution constitutionnelle des constitutions égyptiennes en raison du consensus populaire sur la citoyenneté et l’unité nationale, car l’article 40 de la Constitution de 1971 stipule que tous les citoyens sont égaux devant la loi et qu’ils sont égaux en droits et devoirs publics sans discrimination entre en raison de leur race, ethnie, langue, origine ou croyance. L’article 46 stipule également que l’État garantit la liberté de croyance et la liberté de pratiquer des rites religieux.

L’État institutionnalise les principes d’égalité et de non-discrimination

En ce qui concerne la constitution de 2012, le rapport a précisé que l’article 40 de la constitution de 1971 a été conservé avec la suppression de la disposition «en raison du sexe, de l’origine, de la langue, de la religion ou des convictions et a conservé l’article 46 de la constitution de 1971 avec l’ajout de« établissant des lieux de culte pour la religions monothéistes ».

L’article 3 a été ajouté, qui stipule que les principes des chrétiens égyptiens et les lois juives sont la principale source de législation qui régit leur statut personnel, les affaires religieuses et la nomination de leurs chefs spirituels. De plus, l’article 6 a été ajouté, qui stipule que le système politique est basé sur les principes de démocratie, de consultation et de citoyenneté en vertu desquels tous les citoyens sont égaux en droits et en devoirs publics.

En ce qui concerne la constitution de 2014, le rapport indique que 3 représentants des trois églises égyptiennes ont été nommés au Comité des cinquante, ainsi que 3 représentants d’Al-Azhar pour préparer la version finale de la constitution.

Le rapport mentionne qu’un certain nombre d’articles pertinents ont été introduits, à savoir l’article 4, qui stipule que la souveraineté appartient au seul peuple, qui l’exerce et la protège. Ils sont la source du pouvoir et ils sauvegardent leur unité nationale, qui repose sur les principes d’égalité, de justice et d’égalité des chances entre les citoyens. L’article 9 stipule que l’État s’est engagé à assurer l’égalité des chances pour tous les citoyens sans discrimination.

L’article 3 a été ajouté, qui stipule que les principes des chrétiens égyptiens et les lois juives sont la principale source de législation qui régit leur statut personnel, les affaires religieuses et la nomination de leurs chefs spirituels. De plus, l’article 6 a été ajouté, qui stipule que le système politique est basé sur les principes de démocratie, de consultation et de citoyenneté en vertu desquels tous les citoyens sont égaux en droits et en devoirs publics.

En ce qui concerne la constitution de 2014, le rapport indique que 3 représentants des trois églises égyptiennes ont été nommés au Comité des cinquante, ainsi que 3 représentants d’Al-Azhar pour préparer la version finale de la constitution.

Le rapport mentionne qu’un certain nombre d’articles pertinents ont été introduits, à savoir l’article 4, qui stipule que la souveraineté appartient au seul peuple, qui l’exerce et la protège. Ils sont la source du pouvoir et ils sauvegardent leur unité nationale, qui repose sur les principes d’égalité, de justice et d’égalité des chances entre les citoyens. L’article 9 stipule que l’État s’est engagé à assurer l’égalité des chances pour tous les citoyens sans discrimination.

En ce qui concerne la légalisation des églises égyptiennes, le rapport a précisé qu’il y a un changement de civilisation qui consolide le principe de la liberté de croyance, indiquant que l’activation de l’article 235 de la Constitution, la loi n ° 80 de 2016 a été publiée pour réglementer la construction et la restauration. des églises.

Cette loi stipule que les dispositions de la loi d’accompagnement sont appliquées en matière d’organisation des travaux de construction et de restauration des églises et de leurs annexes dans l’unité locale, les zones touristiques et industrielles, les nouvelles communautés urbaines et les complexes résidentiels, en tenant compte du fait que la zone de l’église qui doit être construite et ses annexes doivent être proportionnées au nombre et aux besoins de la dénomination chrétienne dans la région où elle est établie, en tenant compte des taux de croissance démographique.

La loi fait également référence à la nécessité de prendre des mesures rapides pour légaliser les églises et les bâtiments existants. Par conséquent, le représentant légal de la dénomination soumet au gouverneur compétent une demande pour obtenir les approbations légalement requises pour effectuer l’un des travaux requis pour obtenir une licence ou pour démolir et reconstruire une église construite avec une licence ou dont le statut a été réconcilié. Le gouverneur compétent est tenu de se prononcer sur la demande susmentionnée, après s’être assuré que toutes les conditions légalement requises sont remplies, dans un délai n’excédant pas 4 mois à compter de la date de sa soumission et d’informer le demandeur par lettre recommandée avec accusé de réception de la résultat de l’examen de sa demande.

En ce qui concerne la réglementation de la légalisation des conditions des églises et des bâtiments existants, la loi stipule que tout bâtiment existant à la date de l’application des dispositions de cette loi doit être considéré comme autorisé si des rituels religieux chrétiens y sont pratiqués, à condition que son intégrité structurelle et son engagement envers les contrôles et les règles exigés par les affaires de défense de l’État et les lois régissant la propriété publique et privée de l’État sont prouvés. Tout bâtiment utilisé comme annexe à une église, un bâtiment de service ou une retraite existant à la date d’entrée en vigueur de cette loi est également considéré comme autorisé, tant qu’il appartient à la dénomination et que les conditions et les contrôles sont remplis.

En ce qui concerne la protection des lieux de culte, selon la loi, il n’est pas permis de changer le but de l’église autorisée ou de l’annexe sous licence de l’église à toute autre fin, même si la prière et les rituels religieux y ont cessé et le comportement qui a lieu autrement est nul.

En ce qui concerne la légalisation du statut des églises égyptiennes, le rapport indique qu’un comité a été formé en janvier 2017 sous la présidence du Premier ministre et composé de 6 ministres, en plus des représentants des autorités concernées et qu’il a commencé à recevoir des demandes. Le comité est chargé de recevoir les demandes de légalisation, de les étudier et de vérifier que les conditions fixées sont remplies.

Ftouh Souhail, en coopération avec le Centre d’actualités du Cabinet égyptien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s