Mercedes Une Belle Histoire

le 22 Septembre 2018

Émile Jellinek

On ne peut pas parler ou discourir sur le début de l’histoire de l’automobile sans évoquer le rôle que va jouer Monsieur le Consul Emile Jellinek dans l’imbroglio industriel et commercial dans lequel seront impliqués René Panhard, Emile Levassor, Gottlieb Daimler et Wilhelm Maybach. Des conséquences impensables vont prendre de court tous les protagonistes de cette affaire dont certaines décisions relationnelles comme de justices d’ailleurs vont durer plusieurs années.

Mais qui était réellement ce Consul atypique Emile Jellinek.

Fils d’Adolf Jellinek, Emile a deux frères, Georg et Max, qui sont professeurs d’université, le premier en Droit, le dernier en Philologie. Emile, pas intellectuel pour deux sous -ni même bon élève-, est envoyé par son père au Maroc au début des années 1870 où, grâce aux bons offices d’un ami de son père, il occupe un emploi dans le corps diplomatique.

À la demande du consul austro-hongrois il part s’installer en Tunisie, puis au Maroc, d’abord à Tanger, ensuite à Tétouan où il épouse une Espagnole et enfin à Alger, en Algérie, où il fait fortune dans les affaires en travaillant pour une importante société d’assurance française et pour des clients fortunés des hautes sphères de la société d’alors.

Devenu riche, il décide de passer ses étés à Vienne en Autriche et ses hivers à Nice sur la Côte d’Azur où il est nommé Consul de l’Empire austro-hongrois et où vivent les personnes les plus riches du monde. Il se passionne alors pour la grande aventure des pionniers de l’automobile. Sa fille Adrienne Manuela Ramona Mercedes Jellinek naît le 16 septembre 1889, elle sera simplement appelée « Mercedes » (« Grâces » en espagnol).

Le prénom de sa fille Mercedes sera au centre des palabres et stratégies que son père le Consul Jellinek va imaginer pour sortir d’une manière ou d’une autre de l’imbroglio industriel et commercial qu’il a lui-même initié face à la firme automobile française Panhard-Levassor, mettant au passage Gottlieb Daimler dans l’embarras.

Mercedes

Il perd son épouse en 1893 et se remariera avec une Française qui lui donnera deux fils.

En 1886 l’inventeur allemand Gottlieb Daimler invente un moteur à explosion avec Nikolaus Otto puis fonde la société Daimler Motoren Gesellschaft en 1890 avec son ami Wilhelm Maybach au poste d’ingénieur en chef et son fils Paul Daimler qui lui succédera après sa disparition en 1900.

En 1894 la première compétition automobile du monde, le concours Paris-Rouen est dominé par les voitures de René Panhard et Emile Levassor ainsi que celles d’Armand Peugeot à moteur Daimler Motoren Gesellschaft 2 cylindres en V fabriqué par Panhard & Levassor à Paris en France.

Convaincu de l’avenir de l’automobile, Emil Jellinek visite en 1897 les usines Daimler Motoren Gesellschaft de Cannstatt près de Stuttgart en Allemagne pour y commander sa première Daimler 2 cylindres, 6 ch pour 24 km/h, rapidement suivie en 1898 par deux Daimler Phoenix de 4 cylindres, 8 ch pour 40 km/h.

En 1898 il ouvre une représention Daimler Motoren Gesellschaft florissante à Nice dont il vend dix modèles en 1899 et vingt-neuf en 1900. Au début du xxe siècle, toutes les plus grosses fortunes de la planète passent l’hiver sur la Côte d’Azur qui est donc un endroit idéal pour le commerce de voiture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s