Wikistrike 6 Le vaccin de Pfizer offre une réduction du risque absolu de moins de 1 %

Au début du déploiement des vaccins, les autorités sanitaires gouvernementales, les grandes entreprises pharmaceutiques comme Pfizer et les médias grand public diffusaient l’idée que les vaccins étaient efficaces à 95 % pour réduire le risque de contracter le COVID symptomatique. C’était la « réduction du risque relatif ». Ce qui n’était pas communiqué aux gens à cette époque, c’était la « réduction du risque absolu », également appelée « différence de risque ».

Selon un article paru dans The Lancet,

« Cela ne signifie pas que 95% des personnes sont protégées de la maladie par le vaccin »

« Si nous vaccinions une population de 100 000 personnes et protégions 95% d’entre elles, cela laisserait 5000 individus malades en 3 mois, ce qui est presque le taux global actuel de cas de COVID-19 au Royaume-Uni. Au contraire, une efficacité vaccinale de 95% signifie qu’au lieu de 1000 cas de COVID-19 dans une population de 100 000 personnes sans vaccin (à partir du bras placebo des essais susmentionnés, environ 1% serait malade du COVID-19 et 99% ne le serait pas), nous nous attendrions à 50 cas (99-95% de la population est indemne de la maladie, au moins pendant 3 mois). »

https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(21)00075-X/fulltext

Dans le domaine scientifique, la réduction absolue du risque est la manière la plus utile de présenter les résultats de la recherche pour vous aider à prendre des décisions. Pourquoi ce chiffre n’a-t-il pas été mis en évidence en même temps que la réduction relative du risque ? Qui sait ?

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis conseille même vivement de fournir la réduction du risque absolu.

« Fournissez les risques absolus, pas seulement les risques relatifs. Les patients sont indûment influencés lorsque les informations sur les risques sont présentées selon une approche de risque relatif ; cela peut entraîner des décisions sous-optimales. Il convient donc d’utiliser un format de risque absolu. »

Communicating Risks and Benefits, An Evidence Based User’s Guide, FDA.

Un article publié dans The Lancet en avril intitulé « COVID-19 vaccine efficacy and effectiveness-the elephant (not) in the room » a également soulevé ces préoccupations, en déclarant ce qui suit ,

« En outre, des extraits de ces résultats ont été largement communiqués et débattus par le biais de communiqués de presse et de médias, parfois de manière trompeuse. Bien que l’attention se soit concentrée sur l’efficacité des vaccins et la comparaison de la réduction du nombre de cas symptomatiques, comprendre pleinement l’efficacité et l’efficience des vaccins est moins simple qu’il n’y paraît.

Bien que le RRR ne prenne en compte que les participants qui pourraient bénéficier du vaccin, la réduction du risque absolu (ARR), qui est la différence entre les taux d’attaque avec et sans vaccin, prend en compte l’ensemble de la population. Les RAR ont tendance à être ignorées car elles donnent une taille d’effet beaucoup moins impressionnante que les RRR : 1-3% pour le vaccin d’AstraZeneca-Oxford, 1-2% pour le vaccin de Moderna-NIH, 1-2% pour le vaccin de J&J, 0-93% pour le vaccin de Gamaleya et 0-84% pour le vaccin Pfizer-BioNTech.

L’utilisation des seuls RRR et l’omission des ARR introduisent un biais de déclaration qui affecte l’interprétation de l’efficacité des vaccins. Lorsqu’on communique sur l’efficacité des vaccins, en particulier pour des décisions de santé publique telles que le choix du type de vaccins à acheter et à déployer, il est important d’avoir une image complète de ce que les données montrent réellement, et il est également important de s’assurer que les comparaisons sont basées sur les preuves combinées qui placent les résultats des essais de vaccins dans leur contexte et ne se contentent pas de regarder une mesure sommaire. »

Un article publié dans le British Medical Journal donne également des explications,

Les mesures du risque relatif ne prennent pas en compte le risque des individus d’atteindre le résultat escompté sans l’intervention. Par conséquent, elles ne donnent pas une image fidèle du bénéfice que l’individu tirerait de l’intervention, car elles ne peuvent pas faire la distinction entre les effets de traitement faibles et importants. Elles ont généralement tendance à surestimer les avantages d’une intervention et, pour cette raison, les entreprises pharmaceutiques et les médias populaires adorent les mesures du risque relatif ! Les mesures du risque absolu surmontent ces inconvénients car elles reflètent le risque de base et permettent de mieux distinguer les effets de traitement faibles et importants.

Vous trouverez ci-dessous une excellente vidéo réalisée par l’Alliance canadienne COVID Care. Il s’agit d’un groupe composé de plus de cent médecins, scientifiques, professeurs et professionnels de la santé indépendants. Elle explique clairement la différence entre la réduction du risque absolu et la réduction du risque relatif.

Imaginez que la réduction des risques absolus fasse l’objet d’un rapport et d’autant d’attention que la réduction des risques relatifs, à quoi ressembleraient les choses ? Nous sommes obligés de nous poser la question suivante : nous donne-t-on une représentation exacte de l’efficacité des vaccins ?

Quel est le risque de mourir du COVID si vous l’avez contracté ?

En plus des informations ci-dessus concernant l’efficacité du vaccin, le risque de mourir du COVID est également un facteur qui explique pourquoi les gens hésitent à se faire vacciner. Pour cela, beaucoup regardent le taux de létalité estimé de l’infection. Selon un article récent, qui est encore sous forme de préimpression, ce qui signifie qu’il n’a pas encore été examiné par des pairs, le taux de survie des personnes âgées de 0 à 19 ans est de 99,997 %. Pour les 20-29 ans, il est de 99,986 %, pour les 40-49 ans, de 99,92 %, pour les 50-59 ans, de 99,73 % et pour les 60-69 ans, de 99,4 %. Pour les personnes âgées de plus de 70 ans, il est estimé à 94,5 %.

Ces chiffres ne sont pas absolus, mais c’est le mieux que l’on puisse faire pour le moment. Cela dit, le sentiment général est que le COVID ne représente pas un risque suffisamment important pour justifier la vaccination dans tous les cas. Il a été démontré que les vaccins réduisent la gravité de la maladie et les risques de décès, mais, comme nous l’avons mentionné plus haut, pour la plupart des groupes d’âge, les chances sont assez faibles.

En outre, le fait que la plupart des personnes qui meurent du COVID souffrent de problèmes de santé sous-jacents fait hésiter certaines personnes en bonne santé. Ce phénomène a été connu tout au long de la pandémie. Par exemple, les personnes de moins de 65 ans, sans conditions prédisposantes sous-jacentes, ne représentaient que 0,7 à 3,6 % de tous les décès dus au COVID-19 en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Suède, en Géorgie et à New York. Alors que 17,7% au Mexique.

Parmi les autres raisons de l’hésitation à se faire vacciner, citons les nouvelles connaissances scientifiques sur l’immunité naturelle, notamment une étude récente menée en Israël, ainsi que les effets indésirables graves présumés des vaccins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s